Agenda 21 de l’ENM : les enjeux de 2020 – 2022

À l’occasion du Jour de la Terre qui se tient chaque 22 avril, l’ENM fait le point sur ses initiatives de sensibilisation à la protection de notre environnement. Forte d’un bilan positif des actions menées depuis le lancement de son 1er Agenda 21, l’École a établi un 2e agenda qui couvre la période 2020 – 2022. Des actions qui l’inscrivent dans une démarche globale et collective pour un développement durable.

Réunion du comité de pilotage de l’Agenda 21 le 30 janvier dernier
Réunion du comité de pilotage de l’Agenda 21 le 30 janvier dernier

Depuis le début de l’aventure en 2017, le travail collaboratif s’est amplifié. « L’Agenda 21 de l’ENM comprend 2  volets : des mesures spécifiques, internes à l’ENM, et des actions communes menées avec nos partenaires-adhérents à la charte du développement durable », explique d’emblée Daniel Chasles, secrétaire général de l’ENM. Ainsi, l’Agenda 21 de l’École s’appuie sur un travail interne réunissant personnels de l’ENM et élèves magistrats. Il contient également un volet commun avec les partenaires de la charte du développement durable, qui compte aujourd’hui 16 signataires versus 3 originels en 2017, dont l’ENM.

Les défis à relever en 2020 – 2022

Les mesures prévues dans l’Agenda 21 de l’ENM sont organisées en 5 grands thèmes, déclinés en 28 actions : sensibilisation et rayonnement, tri sélectif et réduction des déchets, développement de la nature, développement d’une économie sociale et solidaire, et enfin transports. La première action enclenchée en 2020 a été la mise en place de containers séparés, à proximité des lieux de consommation alimentaire notamment, permettant de recycler le plastique, le papier, le verre, ainsi que les gobelets.

Le 2e Agenda 21 met l’accent sur les objectifs suivants :

  • La mise en place d’un tri sélectif plus poussé ;
  • L’élimination progressive du plastique utilisé dans les emballages de boissons et alimentaires ;
  • La végétalisation des locaux afin de donner davantage de présence à la nature ;
  • La réalisation d’un bilan carbone sur la base de l’année 2019 ;
  • La sensibilisation aux gestes écoresponsables.

« Ce 2e agenda, qui couvre la période 2020 – 2022, est davantage collaboratif car il s’appuie sur des actions concrètes qui émanent d’une réflexion à plus grande échelle, les personnels y participant étant de plus en plus nombreux », raconte Evghenia Solomona, chargée de mission auprès du secrétariat général.

Un comité de pilotage ouvert à tous

Le comité de pilotage de l’Agenda 21 assure la mise en œuvre des actions et permet d’accompagner les porteurs d’actions. Il a été renforcé par des personnes volontaires au fur et mesure de l’avancée du projet.

Mireille Barthès, adjointe à la cheffe de service du département de la recherche et de la documentation, l’a ainsi rejoint fin 2019. « Ayant un intérêt marqué pour les causes environnementales, j’ai souhaité m’investir dans la mise en place d’actions écoresponsables au sein de l’ENM », explique-t-elle. Afin de limiter le gaspillage, les exemplaires des anciennes éditions du code civil, du code pénal et du code de procédure civile et pénale sont donnés au Conseil départemental de l’accès au droit de Gironde (CDAD), « soit 80 exemplaires des codes Dalloz chaque année depuis 2018 », confie-t-elle.

Dans une démarche de sensibilisation, elle a par ailleurs proposé de créer un fonds documentaire sur le thème du développement durable avec une trentaine d'ouvrages à la disposition des publics du site bordelais depuis le début de l’année. Ce fonds sera également créé à l’ENM Paris dans le courant de l’année.

Un bilan positif des actions menées de 2017 à 2019

Le bilan des actions menées ces 3 dernières années est positif puisque d’importantes mesures ont été mises en place, tels un dispositif de tri à destination d’associations, ou encore la culture d’une prairie fleurie dans l’enceinte de l’ENM Bordeaux visant à favoriser la biodiversité.

Concernant le volet social, l’École adhère depuis juin 2019 au dispositif "Nos quartiers ont du talent" dont l’objectif est d’accompagner un jeune diplômé, issu d’un milieu social modeste, dans sa recherche d’emploi.

À souligner également : l’importante économie d’énergie réalisée, la consommation d’électricité étant passée de plus de 755 000 KWh en 2017 à 678 000 KWh en 2019 et celle de gaz de 1 150 000 KWh en 2017 à 1 108 000 KWh en 2019.

Travailler en réseau : 16 partenaires pour un objectif commun

L’Agenda 21 de l’ENM s’inscrit dans la dynamique globale de la charte du développement durable, née elle aussi en 2017. La prochaine action réunissant les 16 signataires, prévue le 9 juillet 2020 (sauf report dû au contexte de lutte contre la propagation du Covid-19), a pour objectif d’échanger sur la mise en place d’actions communes et de bonnes pratiques en matière de développement durable. « Le commissaire général au développement durable, qui occupe un rôle important dans la coordination de l’ensemble des actions en matière de développement durable au niveau national, devrait être également présent lors de cette journée », se félicite Daniel Chasles. Et d’ajouter : « Certaines actions n’ont de sens que si elles sont le fruit d’une œuvre commune. Nous nous réjouissons de voir que le nombre de partenaires-adhérents à la charte du développement durable continue d’augmenter. »