Coopération internationale : signature d’une convention avec Expertise France

L’École nationale de la magistrature et Expertise France (agence de coopération technique internationale et principal opérateur public français) ont signé leur première convention le vendredi 18 décembre 2020 au Salon des Oiseaux de l’Hôtel de Bourvallais. Cette convention vise à déterminer la mission de l’ENM dans son rôle d’expert en formation judiciaire à l’échelle internationale sur des projets communs.

© DICOM/MJ
© DICOM/MJ

Jérémie Pellet, directeur d’Expertise France, et Nathalie Roret, directrice de l’ENM, ont signé le 18 décembre dernier, en présence d’Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, ministre de la justice, la convention liant désormais leurs organisations pour des projets communs de coopération internationale.

Avec cette convention, Expertise France devient le nouveau partenaire interministériel de l’ENM dans le cadre de sa participation aux projets sectoriels, dont les missions d’appui aux instituts de formation judiciaire étrangers . Le Groupement d’intérêt public Justice Coopération internationale (GPI JCI), opérateur du secteur justice co-fondé par l’ENM en 2012, vient en effet d’être intégré à Expertise France.

Nathalie Roret s’est réjouie de cette « nouvelle page [à] écrire ensemble dans un contexte plus ambitieux, avec un opérateur interministériel qui aura les moyens de nous aider à valoriser encore mieux notre expertise à l’étranger ».

Une opportunité pour le département international de l’ENM de diversifier ses actions

Dans le cadre de cette convention, « l’ENM va apporter son expertise dans le domaine de la formation judiciaire autour de sujets peu investis auparavant tels que la gouvernance, la sécurité ou le développement » souligne Ingrid Derveaux, sous-directrice du Département international de l’ENM, la logistique de la mise en œuvre des projets étant à la charge d’Expertise France.

A travers cette démarche, il est question pour le Département international de l’ENM de s’engager dans une dynamique interprofessionnelle et interministérielle. Il s’agira, entre autres actions, de former les acteurs de la chaîne pénale des pays partenaires, tels que les cellules de renseignements financiers, les officiers de police judiciaire, les magistrats, et les organismes de gestion et de recouvrement des avoirs. L’objectif est de proposer des formations pratiques, axées sur des cas concrets, à un public interprofessionnel.

« L’approche globale gouvernance/développement, qui a vocation à être étendue avec Expertise France, contribue très nettement au maintien ou au rétablissement de l’État de droit. L’action transversale d’Expertise France, associée au savoir-faire de l’équipe de JCI et à l’expertise de l’ENM, devrait ainsi permettre d’apporter des réponses durables aux pays bénéficiaires », estime Nathalie Roret, convaincue que les échanges et le développement d’une culture commune entre ces différents acteurs favorisent l’émergence d’une justice de qualité, efficace et légitime. Et de conclure « Expertise France trouvera avec l’ENM un partenaire expérimenté dans le domaine de la formation judiciaire à l’étranger, mais aussi ouvert et volontaire sur les perspectives de projets qui lui seront présentées ».

Expertise France, l’agence française de coopération technique internationale

Expertise France est l’agence française généraliste de coopération technique internationale. Elle a pour mission de concourir à la promotion de l’assistance technique et de l’expertise internationale publique françaises à l’étranger.

À ce titre, elle assure des missions d’ingénierie et de mise en œuvre de projets de renforcement de capacités, de mobilisation de l’expertise technique, ainsi qu’une fonction d’ensemblier de projets faisant intervenir de l’expertise publique et des savoir-faire privés.

Sous la tutelle conjointe des ministères en charge des Affaires étrangères et de l’Économie, Expertise France inscrit son action dans le cadre de la politique extérieure de développement, d’influence et de diplomatie économique de la France conformément à un Contrat d’objectifs et de moyens conclus avec l’État.