La promotion 2020 de l’ENM débutera sa scolarité à distance le 8 juin

Alors qu’elle devait effectuer sa rentrée à l’ENM à l’issue de son stage avocat, la promotion 2020 des auditeurs de justice débutera sa scolarité à distance le 8 juin prochain, dans le contexte de crise sanitaire. Les enseignements habituellement proposés en présentiel ont ainsi été adaptés à ces circonstances exceptionnelles. Le point sur les nouveaux formats pédagogiques développés par l’ENM et les temps forts des premières semaines avec Sabine Corvaisier, sous-directrice des études.

Des formats pédagogiques adaptés au distanciel

Depuis plusieurs semaines déjà, l’équipe pédagogique travaille de concert avec le service e-formation et le service informatique à cette transformation du programme de formation en distanciel. Il s’agit de repenser les séquences pédagogiques afin d’adapter les contenus et temps de formation au format virtuel, en particulier pour les enseignements pratiques dispensés au sein des directions d’études (format classe). « Nous avons cherché l’équilibre entre ce qu’il était pédagogiquement possible de faire à distance et ce qui l’était moins . Quelques séquences pédagogiques sous format table ronde et débats ont ainsi été reportées après la rentrée de septembre » , explique Sabine Corvaisier, sous-directrice des études.

Des enseignements en live et en différé

Pour autant, le programme a peu été modifié par rapport à celui prévu initialement en présentiel : « Les volumes horaires sont conservés, ce sont surtout les formats qui changent. Nous avons par exemple décidé de mettre à disposition des élèves magistrats des webinaires asynchrones, à l’issue desquels ils enverront leurs questions à l’équipe pédagogique, dans la logique des classes inversées que nous proposons depuis quelques temps déjà à nos promotions (Cf. ENM info Pédagogie à l’ENM : innovations et enjeux, p. 3 ) . Des échanges pourront ensuite avoir lieu sur la base de ces questions au cours d’un webinaire complémentaire, proposé cette fois en direct » , détaille-t-elle.

Les directions d’études conservées grâce aux classes virtuelles

Au cœur de la formation des élèves magistrats, les enseignements pratiques en petit groupe de 19 ou 20 auditeurs dispensés au sein des directions d’études sont maintenus, les classes virtuelles remplaçant le format classique de classe en présentiel.

Sur la plateforme numérique, les élèves magistrats pourront interagir en temps réel avec l’intervenant grâce à différentes fonctionnalités, mais aussi travailler en sous-groupes. L’objectif est de recréer les conditions de travail d’une classe en présentiel avec des formateurs pouvant identifier individuellement les auditeurs et leur offrir ainsi un suivi pédagogique personnalisé.

Ces classes virtuelles seront par ailleurs enregistrées et mises en ligne sur la plateforme numérique de l’École, pour offrir la possibilité aux élèves qui n’auraient pu assister en direct à ces séquences à cause de situations personnelles liées au contexte, de les consulter à tout moment.

Les temps forts des premières semaines de scolarité

Parmi les temps forts de ces semaines de rentrée, l’accueil de la promotion 2020 « symboliquement important » le 8 juin, sera assuré sous forme de webinaire pendant lequel interviendront Olivier Leurent, directeur de l’ENM, Emmanuelle Perreux, directrice adjointe en charge de la formation initiale, ainsi que les sous-directrices de la formation initiale.

Les pratiques professionnelles des magistrats seront abordées dès ces premières semaines de scolarité lors des directions d’études dédiées aux fonctions du parquet et de l’instruction, suivant ainsi un cheminement chronologique de la chaine pénale. Les auditeurs découvriront également très rapidement les missions tant civiles que pénales du juge des enfants et débuteront l’appréhension de la méthodologie du jugement civil.

Au-delà de la découverte des techniques fondamentales professionnelles, les auditeurs de justice aborderont des thématiques leur permettant d’appréhender le contexte de leurs décisions. Ils auront ainsi l’occasion d’évoquer des sujets aussi diversifiés que l’approche sociologique de la délinquance , la précarité, les violences conjugales, les addictions, la médecine légale ou encore les questions environnementales.