Ce 7 janvier, 76 professionnels en reconversion issus du concours complémentaire 2018 effectuent leur rentrée à l’École nationale de la magistrature. Ils débutent ainsi une formation probatoire à l’ENM et en juridiction complétée, s’ils sont déclarés aptes à exercer le métier de magistrat, par une spécialisation à leur future fonction

Concours complémentaire 2018 : rentrée de 76 professionnels à l’ENM
Publié le 07 janvier 2019
Ce 7 janvier, 76 professionnels en reconversion issus du concours complémentaire 2018 effectuent leur rentrée à l’École nationale de la magistrature. Ils débutent ainsi une formation probatoire à l’ENM et en juridiction complétée, s’ils sont déclarés aptes à exercer le métier de magistrat, par une spécialisation à leur future fonction.


Reconversion dans la magistrature : des profils diversifiés
Composée de 66 femmes et de 10 hommes âgés de 36 à 51 ans, la promotion 2019 des stagiaires issus du concours complémentaire mêle des profils très diversifiés. Elle compte notamment 25 avocats, 7 greffiers, 7 juristes, 4 attachés de la fonction publique , 3 responsables ou directeurs juridiques, 2 directeurs des services de greffe judiciaires, 2 directeurs des services pénitentiaires, 2 conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation, 2 huissiers de justice, 2 assistants spécialisés en matière de lutte contre la radicalisation, 2 inspecteurs des finances publiques, 1 magistrat exerçant à titre temporaire, 1 officier de gendarmerie…
Ces 76 professionnels prêteront serment devant la cour d’appel de Bordeaux jeudi 24 janvier prochain.
Des enseignements adaptés aux besoins d’un public en reconversion

Pendant le premier mois de leur formation à l’ENM, ils bénéficieront de conférences introductives sur l’histoire, les enjeux actuels et le statut de la magistrature, de séquences pédagogiques sur le parquet, la méthodologie du jugement civil, le siège pénal et les fonctions spécialisées, de cas pratiques sur l’éthique et la déontologie du magistrat en petits groupes, ou encore de simulations d’audiences correctionnelles et du juge aux affaires familiales.

Des parcours de formation à distance avant la rentrée
Comme les années précédentes, les nouveaux élèves magistrats ont suivi, en amont de leur arrivée à l’École, des parcours de formation à distance sur les affaires familiales, le procès civil et l’audience correctionnelle. Leur formation à l’ENM étant courte, cela doit leur permettre de se concentrer davantage, en face à face pédagogique, sur la pratique et le savoir-faire professionnel.
Une pédagogie différenciée par petits groupes
La sous-direction des études a également souhaité poursuivre le développement de la pédagogie différenciée initié l’an dernier. « L’objectif est d’adapter davantage la formation aux besoins des stagiaires en reconversion avec des groupes fonctionnels établis selon leurs connaissances, notamment en matière de procédure », explique Sandra Desjardin, chargée de mission auprès de la Direction des recrutements, de la formation initiale et de la recherche pour le suivi pédagogique des professionnels en reconversion.
Un accompagnement professionnel à la reconversion
Toujours pour mieux prendre en compte les spécificités de ce public, « l’ENM propose pour la première fois, à titre expérimental, un accompagnement professionnel à la reconversion par un coach à ceux qui souhaiteraient en bénéficier », ajoute Sandra Desjardin.
6 à 8 mois de stage en juridiction
4 mois de stage probatoire

Après ces quelques semaines d’enseignements à l’École, les 76 élèves magistrats effectueront un stage probatoire en juridiction de 4 mois pour se confronter aux fonctions de juge et de substitut du procureur qu’ils pourront exercer dès leur premier poste.

Contrairement aux auditeurs de justice et aux candidats à l’intégration directe, les stagiaires issus des concours complémentaires ne peuvent en effet pas accéder aux fonctions spécialisées à leur sortie de l’ENM.

Possibilité pour le jury d’étendre le stage de spécialisation de 2 à 4 mois
À l’issue des cinq mois de formation probatoire, les stagiaires seront entendus par un jury qui se prononcera sur leur aptitude à exercer le métier de magistrat. S’ils sont déclarés aptes, ils choisiront leur poste en fonction de leur classement au concours d’entrée, avant de partir de nouveau en stage (ou formation complémentaire) pour maitriser les spécificités de leur future fonction.
Nouveauté cette année : le décret n°2018-495 du 19 juin 2018 donne désormais la possibilité au jury d’étendre ce dernier stage de 2 à 4 mois. La formation complémentaire des futurs magistrats débutera ainsi le 8 juillet 2019 pour s’achever, en fonction des candidats, soit le 11 septembre soit le 6 novembre 2019 pour des prises de poste les 16 septembre et 12 novembre prochains.
Différentes voies d’accès pour les professionnels en reconversion

Le concours complémentaire du second grade de la hiérarchie judiciaire est réservé aux candidats âgés de 35 ans et plus justifiant d'au moins 7 ans d'activité professionnelle dans le domaine juridique, administratif, économique ou social les qualifiant particulièrement pour exercer des fonctions judiciaires.

En parallèle, la promotion 2019 d’auditeurs de justice comptera 88 professionnels en reconversion : 24 issus du 2e concours dédié aux fonctionnaires, 5 issus du 3e concours réservé aux salariés du secteur privé et 59 recrutés sur dossier par la commission d’avancement (au titre de l’article 18-1 de l’ordonnance statutaire).

Enfin, des candidats à l’intégration directe recrutés sur dossier (au titre des articles 22/23) sont régulièrement formés à l’ENM.