“Préparer gratuitement le concours ENM, en petit groupe : un vrai plus”

Rencontre avec Marion, auditrice de justice de la promotion 2021, qui a préparé le concours de la magistrature dans l’une des classes préparatoires de l’ENM. Pour intégrer ce dispositif « égalité des chances » à la rentrée prochaine, les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 16 avril 2021.

Quel a été votre parcours d’études avant d’intégrer la classe préparatoire de l’ENM de Bordeaux ?

« J’ai effectué une licence de droit à l’université de Limoges, puis mes deux années de master à l’université de Bordeaux : un master 1 “Droit pénal et sciences criminelles” et un master 2 “Histoire du droit et des institutions”. »

Pourquoi avez-vous choisi de préparer le concours de la magistrature dans une classe préparatoire de l’ENM ?

« Lorsque j’ai appris l’existence de ce dispositif de l’École nationale de la magistrature, j’ai décidé d’envoyer ma candidature pour 2 raisons principales : les effectifs réduits des classes, favorables au suivi personnalisé des élèves, et la gratuité de la préparation. En tant qu’étudiante boursière, financer une prépa privée était difficilement envisageable, d’autant que j’aurais eu besoin d’un second prêt étudiant ! En intégrant une classe préparatoire « égalité des chances » de l’ENM, j’ai bénéficié d’une aide financière durant toute ma préparation. » (NDLR : À titre indicatif, son montant minimum était de 325,30 € par mois et son plafond de 561,20 € en 2019/2020.)

Vous soulignez l’importance de cette aide financière. La préparation du concours de la magistrature permet-elle d’avoir un job étudiant en parallèle ou le rythme est-il trop intense?

« Certains élèves ont un job étudiant, mais le rythme est en effet intense : généralement, nous avions cours 8 heures par jour du lundi au jeudi, avec du travail personnel à effectuer chaque soir, puis des entraînements aux différentes épreuves du concours le vendredi.»

Quels ont été, selon vous, les avantages du dispositif ENM pour préparer votre concours ?

« Le format classe est un vrai plus. Des professeurs viennent nous faire cours et nous permettent de réactualiser des connaissances sur des matières que nous n’avons parfois plus étudiées depuis la licence. Par ailleurs, chaque classe ne compte que 18 élèves : les échanges avec les enseignants sont facilités et les élèves bénéficient de retours personnalisés sur leurs copies.
Les effectifs réduits créent aussi une cohésion de groupe. Même en distanciel, nous avons continué à nous soutenir tout au long de la préparation, à travailler ensemble et à mutualiser nos fiches de révision : nous nous étions par exemple répartis par petits groupes le programme de culture générale. D’ailleurs, alors que nous venons d’effectuer notre rentrée d’auditeurs de justice, le fait que nous soyons 4 anciens élèves de la classe préparatoire bordelaise au sein de la promotion 2021 est encore une fois un plus dans ce contexte d’enseignement distanciel.
Enfin, j’ai bénéficié du parrainage de deux auditeurs de justice, qui m’ont beaucoup encouragée durant mon année de préparation au concours. »
(NDLR : Les dispositifs de parrainage et de tutorat ne sont pas les mêmes d’une classe préparatoire ENM à l’autre).

Quel est votre meilleur souvenir de cette année de préparation au concours ?

« Les sorties culturelles que nous avons effectuées au début de notre préparation, lorsque le contexte sanitaire le permettait encore. Nous sommes allés au théâtre national de Bordeaux en Aquitaine voir trois pièces : Georges Dandin ou le mari confondu de Molière, mis en scène par Jean-Pierre Vincent, Antigone de Sophocle, mis en scène par Lucie Berelowitsch, et l’adaptation de la pièce contemporaine du dramaturge américain Tony Kushner A bright room called day, mise en scène par Catherine Marnas, dont nous avons ensuite beaucoup parlé. Nous avons également visité le château de Montesquieu, à La Brède. »

 

Classes préparatoires 2021/22

Les inscriptions seront ouvertes jusqu'au 16 avril minuit (heure de Paris)